Voyage au pays des Chamanes avec le DUO SHONO

  • Quand // Jeudi 8 octobre // 20h00
  • // Salle Bellecombe – 61 rue d’Inkermann – Lyon 6e
  • Entrée // Tarif libre 
  • Parking gratuit

Dans le cadre des Saisons Russes, deux Bouriates, venus de leur Sibérie natale, offriront au public lyonnais une soirée de légendes du Baïkal et de chants diphoniques, une occasion rare de pénétrer dans l’univers d’un peuple ancien, encore peu connu en France.

Tirage au sort
Venez au concert de chants diphoniques Duo SONO et tentez de gagner
Deux nuits pour 2 personnes dans un hébergement sur l’île Olkhon sur le lac Baïkal offert par TSAR VOYAGES, le sponsor principal du festival !

shono

Voyage en Bouriatie, la terre des chamanes

Alexandre et Mounko sont deux artistes de talent, multi-instrumentistes ; forment le remarquable Duo Shono (« loup » en langue bouriate). Leur musique est un mélange étonnant de sons instrumentaux traditionnels ainsi que de poésie épique bouriate et de chant guttural diphonique.

Alexandre ARKHINTCHEEV compte parmi les meilleurs chanteurs diphoniques actuels  de Bouriatie. Il compose et arrange d’anciennes chansons bouriates. Il a été  lauréat de plusieurs concours de musique internationaux en 1989, 2002, 2006, 2008, – en Russie, Mongolie, et Corée. Actuellement,  il joue dans l’orchestre national de la République de Bouriatie.

Monko DONDOKOV,  après avoir étudié au conservatoire de musique d’Oulan-Oudé, travaille au théâtre de danse et de musique « Baïkal » à Oulan-Oudé, en Bouriatie.

Les deux musiciens, Alexandre et Munko, utilisent toutes une variété d’instruments qui dépassent leur fonction musicale. La fonction ornementale est présente dans le moindre objet comme cet instrument en forme d’œuf d’un vert vif, qui évoque le printemps et ses nouvelles pousses. Il est rempli de grains que Munko s’amuse à secouer aux rythmes des chants qui accompagnent les lé- gendes et les épopées bouriates, interprétés à merveille avec les techniques vocales diphoniques. Alexandre et Munko maitrisent trois styles du chant diphonique : khariga – le registre bas, khome – le registre moyen, eskhere – le registre haut. L’importance accordée aux figures animales se manifeste aussi par l’appellation de l’instrument principal, Moriin Khour , qui signifie mot à mot « cheval-instrument ».

 Un succès européen

Depuis quelques années ce duo donne régulièrement des concerts dans toute l’Europe et est accueilli par le public avec un vif intérêt. A travers leur musique les artistes veulent transmettre leur passion pour la culture traditionnelle bouriate et faire découvrir les mythes, la poésie épique ainsi que les pratiques mystiques des peuples de Sibérie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s